Quelles sont 10 voitures les plus onéreuses de “l’enchère des 111 voitures de collection” ?

By Benoit_laTulipe 3 mois agoNo Comments
Home  /  Le Sport et les Enchères  /  Quelles sont 10 voitures les plus onéreuses de “l’enchère des 111 voitures de collection” ?

Retour sur l’enchère de voitures de collection exceptionnelle qui a eu lieu le 18 août. L’enchère a été menée par Bonhams aux États-Unis. Découvrez les incroyables histoires de ces bolides et leur prix de vente tout aussi incroyable….

N°10 : Lotus Type 34 single-seater de 1964

On commence par une ancienne voiture de sport automobile pilotée par le légendaire Anthony Joseph (A.J) Foyt. C’est à bord de ce véhicule que A.J Foyt remporte plusieurs victoires aux étapes du championnat national USAC*. Foyt, alors surnommée “Super Tex” (il était Texan), va également établir un nouveau record de temps de qualification avec cet engin.

Ce bolide, créé spécialement pour les 500 miles d’Indianapolis**, dispose d’un V8 de 4195cm³ développant 425 ch. C’est un des deux seuls modèles de ce type encore existant, l’autre étant entreposé à l’Indianapolis Speedway Museum. Cette “Lotus” est celle qui a remporté le plus de victoires parmis toutes les “Lotus” ayant participé aux 500 miles d’Indianapolis.

A.J Foyt admet que la course qui l’a le plus effrayé de sa vie a eu lieu dans cette Lotus. En effet, le cockpit est entouré par des réservoirs d’essences pouvant causer des accidents létaux (par explosion), comme ce fût le cas de celui qui mis un terme à la vie des pilotes Eddie Sachs et Dave MacDonald en 1964 aux 500 miles d’Indianapolis.

La Lotus Type 34 obtient la 10ème place de ce classement, elle a été vendue pour 963 714 €.

*United States Auto Club – Entre 1956 et 1979, cet organisme gérait le championnat national de monoplace et certaines des plus prestigieuses courses automobiles aux États-Unis.

**Un course très célèbre aux États-Unis, en particulier dans les années 60.

N°9 : Lancia Aurelia B24S Spider America de 1955

La Lancia Aurelia est un des icônes de l’industrie automobile d’après-guerre. Le modèle qui a été vendu fut restauré par le professeur Maurizio Pini a qui il a appartenu pendant très longtemps. En effet, cet expert de la restauration de véhicules anciens a passé plus de 1300 heures afin de remettre en état la Lancia Aurelia B24S !

Ce glorieux survivant des années 50 est équipé d’un moteur V8 de 2451cm³ développant 118 ch. Cette voiture a vu son intérieur restauré comme à l’origine, il en va de même pour sa peinture. Le véhicule fut créé en partenariat avec Pininfarina, la célèbre entreprise italienne de design de carrosserie.

La Lancia Aurelia B24S a été adjugé à 1 062 578 € et arrive donc la 9ème place de notre classement.

N°8 : Ferrari F40 de 1990

Supercar des années 90, la Ferrari F40 est la dernière voiture créée par Enzo Ferrari pour célébrer les 40 ans de la marque. Lors de sa sortie, c’est la plus puissante voiture que le constructeur italien n’ai jamais réalisée. La F40 détenait également le record de l’auto la plus chère du monde.

Ce monstre écarlate est doté d’un moteur biturbo V8 de 2936cm³ développant jusqu’à 478 ch. Avec son poid d’un peu plus d’une tonne, la F40 peut atteindre les 100km/h en 3,9 secondes. Le plus impressionnant reste sa vitesse de pointe de 324 km/h ! Aucune voiture entrée en production à cette époque n’avait atteint une telle vitesse.

Dans l’habitacle du pilote, tout rappelle l’univers de la course. L’intérieur est d’une simplicité remarquable : des sièges baquets, un volant et quelques compteurs analogues. Aucune technologie “moderne” n’était embarquée sur le véhicule, hormis la climatisation. Tel que l’avait imaginé Enzo Ferrari.

Le chef-d’oeuvre a rejoint le garage d’un heureux enchérisseur pour la modique somme de 1 221 402 €.

 

N°7 : Ferrari 275 GTS de 1966

La particularité de cette GT parfaitement restaurée est son toit (retirable) rarissime, peu de modèles en étaient équipés. Seulement 450 Ferrari 275 ont été produites, tous modèles confondus, ce qui fait de la 275 GTS une véritable exclusivité. En effet il existe plusieurs types de Ferrari 275, la GTS étant l’un d’entre eux.

La décapotable dispose d’une puissante motorisation de 3286cm³, son V12 développant jusqu’à 260 ch. On est loin des performances de la F40 mais cela reste tout de même honorable. D’après les témoignages de conducteurs de ce véhicule, dès lors qu’on allume le contact, on sent la voiture “vibrer” en même temps que le moteur et on retrouve des sensations dignes d’un véhicule de course.

La pièce de collection vintage a trouvé preneur pour 1 293 931 €.

N°6 : Ferrari Enzo de 2003

Ce bolide créé en hommage au créateur de la marque Enzo Ferrari est présenté dans l’article de Florianne !

La supercar ébène a été adjugée pour 1 703 397 € et accède à la 6ème place de ce classement.

N°5 : Ferrari 365 GTS/4 Daytona Spider

La 365 n’est autre que la « grande sœur » de la Ferrari 275 GTS. C’est aussi la réponse que Ferrari fournit à la 350 GT de Lamborghini. Ce véhicule fût décrit comme

« la dernière des grandes supercars à traction avant »
par le journaliste automobile L.J.K Setright. La raison d’un tel engouement ? La particularité de ce cabriolet : sa capacité à se démarquer aussi bien sur la piste que sur la route “classique”.

Le modèle ayant été vendu a gagné plusieurs prix lors d’événement Ferrari comme le Palm Beach Cavallino Classic de 2010. La 365 Daytona fût également exposée lors du célèbre Miami Motor Show. Équipée d’un moteur V12 de 4390 cm³ développant jusqu’à 352 ch, la Ferrari 365 était la voiture de sport la plus rapide de son époque en atteignant une vitesse de pointe de 281 km/h.

La voiture n’est pas équipée de direction assistée, qui, à l’époque, était jugée inappropriée pour les voitures sportives (en particulier chez Ferrari). La voiture ne dispose que du nécessaire pour réaliser de la performance sur piste ou sur route. On constate que la politique de Ferrari a évolué depuis cette époque. Aujourd’hui, les Ferrari restent des voitures performantes mais ont désormais un confort optimal, ce qui n’était pas forcément le cas à l’époque. Cet état d’esprit, celui d’Enzo Ferrari, est le même qui fait que la F40 ne disposait pas non plus d’équipement “superflux”.

Vendue pour 2 027 766 €, la Ferrari 365 GTS/4 Daytona Spider occupe la 5ème place de ce classement.

N°4 : Ferrari 275 GTB/4 de 1967

Décidément les Ferrari ont la côte ! La GTB/4 est une version améliorée de la 275 GTB et aussi l’ultime modèle de la Ferrari 275 qui furent plus tard remplacés par les 365 (voir paragraphe du dessus). L’appellation /4 vient de la présence de quatre arbres à cames* à la place de deux précédemment.

La Ferrari dispose d’un V12 de 3 286 cm³ développant jusqu’à 300 ch. La vitesse de pointe se situe à 265 km/h.

Seuls 331 exemplaires de la Ferrari GTB/4 furent construits à cause de nouvelles lois américaines sur la pollution. Les États-Unis étant le marché le plus lucratif de Ferrari, ils mirent fin à la production de la GTB/4 qui ne pouvait se soumettre aux nouveaux règlements.

L’élégante Ferrari 275 GTB/4 de 1967 a trouvé preneur pour 2 115 917 €.

*Pièces de moteur rotatives qui permettent d’actionner l’ouverture et la fermeture des soupapes admission-échappement. Les soupapes gèrent l’arrivée des gaz frais dans la chambre de combustion et l’échappement des gaz brûlés vers l’extérieur.

N°3 : Ferrari 275 GTB “Nez-long” de 1965

Ce modèle n’est autre que celui qui a précédé la Ferrari 275 GTB/4 (voir ci-dessus). Cette Ferrari, pourtant similaire à la 275 GTB/4, a deux points qui la différencient : son statut de voiture d’essai pour l’usine et sa carrosserie en alliage d’aluminium. Uniquement 60 modèles de Ferrari 275 GTB disposent d’une telle carrosserie ! Chaque modèle de Ferrari 275 GTB reste cependant spécial du fait que la firme italienne était encore de taille modeste. Ferrari pouvait donc offrir à ses clients une infinité de modifications et d’améliorations de puissance moteur à ses clients.

La motorisation est relativement similaire à celle de son successeur, on retrouve un moteur V12 de 3 286 cm³ développant jusqu’à 280 ch (300 ch pour la GTB/4). Ce bloc moteur lui permet d’atteindre une vitesse maximale de 260 km/h.

La pièce de collection a été adjugée pour 2 587 148 €.

N°2 : Jaguar Type-E “Lightweight” de 1963

La Jaguar Type-E “Lightweight” était à sa sortie une voiture de course expérimentale, créé en seulement 12 exemplaires. La voiture vendue faisait partie des 3 Type-E “Lightweight” de la Team Cunningham* lors des 24h du Mans en 1963. Les coupés arrivent à atteindre la quatrième et cinquième place lors de la compétition. L’appellation “Lightweight” vient de la carrosserie spéciale en aluminium, différente de celle présente sur les modèles de série classiques. La Type-E “Lightweight” bénéficie également d’une série d’améliorations techniques pour pouvoir rivaliser avec la célèbre Ferrari 250 GTO.

Équipé de son moteur d’origine de 3 781cm³, cette Type-E développe aux alentours de 300 ch pour une vitesse de pointe proche des 270 km/h. Le coupé a participé à de nombreuses courses et a finis troisième de sa catégorie au Road America 500 et quatrième (toutes catégories confondues) au Bridgehampton 500. La “Lightweight” fut également piloté par de célèbres pilotes de l’époque : Walt Hansgen et Augie Pabst. En 2014, Jaguar lança la production de 6 nouveaux modèles de Type-E. Ces véhicules sont homologués pour participer aux événements de voitures anciennes et sont 100% fidèles aux modèles originaux. L’assemblage

La voiture dispose de la sublime peinture qu’elle arborait aux 24h du Mans en 1963. Ce monument de l’histoire du sport automobile a été adjugé pour la somme astronomique de 6 719 865 €.

*Écurie américaine appartenant au pilote Briggs Cunningham.

N°1 : McLaren F1 de 1995

Cette McLaren F1 est la première à avoir été importée aux États-Unis et l’un des 64 véhicules produits. C’est également la première à avoir été homologuée pour la route par les experts américains. Vous avez bien lu : cette voiture est homologuée pour la route nationale. Pourquoi est-ce si surprenant ? La réponse se trouve sous le capot arrière… Le V12 de 6 064cm³ développe jusqu’à 627 ch. Ce monstrueux moteur lui permet d’atteindre 386,7 km/h, à sa sortie, c’était la voiture la plus rapide du monde.

La McLaren F1 est le fruit d’un projet ambitieux qui avait pour but de créer

« la voiture de sport la plus remarquable ayant jamais roulé. »
Le challenge étant de le faire en donnant à l’engin des performances de voiture de circuit avec un niveau de confort optimal, idéal pour une utilisation quotidienne. Chaque élément de la supercar a donc été minutieusement travaillé pour être le plus léger possible pour garantir une performance exceptionnelle : de la coque en fibre de carbone jusqu’à la boîte à outil en titane. Côté praticité, on retrouve plusieurs soutes à bagages encastrés dans la carrosserie et au niveau du capot. Le siège du conducteur installé au milieu de l’habitacle, garantit la meilleure vue au pilote. Les passagers, quant à eux, sont installés à gauche et à droite du pilote.

La légende autour de la McLaren F1 n’est pas tombée du ciel, elle s’est écrite sur la piste. Lors des 24h du Mans en 1995, l’année de sortie de la voiture, l’auto à remporté la première place ! Mais pas seulement, on retrouve des McLaren F1 en troisième, quatrième, cinquième et treizième place. On peut dire que le baptême du feu fut un franc succès.

La supercar McLaren remporte haut la main ce classement en ayant été vendue pour 13 056 925 €.

Category:
  Le Sport et les Enchères
this post was shared 0 times
 200
About

 Benoit_laTulipe

  (2 articles)

Leave a Reply

Your email address will not be published.